Lettre ouverte du golfe de gascogne.jpg

KENNETH WHITE

Définir, situer Kenneth White n’est pas chose aisée. Plusieurs formules ont circulé ces dernières années : «  Écossais d’origine, Français d’adoption  », «  Européen erratique  », mais elles n’ont qu’une validité approximative. C’est que White navigue, non pas à vue, mais d’un compas sûr, en dehors des zones de fréquentation habituelle. Puis il y a  l’immensité et la variété de son œuvre. Porteuse d’érudition multiculturelle, de philosophie occidentale-orientale et d’une force d’expression rare. Cette œuvre parcourt des territoires divers, en traversant les domaines séparés de l’essai, du récit et de la poésie. Dans cette «  lettre ouverte  », s’il s’adresse d’abord à un contexte pandémique, il en fait le point de départ pour l’exploration d’un espace fondamental inédit. Le résultat est un texte à la fois perspicace, marquant et inspirant.

Prix public : 5 euros

Faireface2.jpg

MICHEL BERGER

L’Intelligence Artificielle (I.A.) est le sujet du moment, un sujet incontournable et en prise directe avec la réalité, y compris dans la situation sanitaire actuelle. L’I.A. est déjà là… Elle pose la question, sans doute pour la première fois en des termes forts, de la place de l’humain ? Il ne s’agit plus, aujourd’hui, de se demander s’il y a opportunité à introduire ces techniques dans le fonctionnement de sa vie. Il nous faut découvrir l’Intelligence Artificielle. Elle est là pour nous simplifier la vie et nous faire gagner du temps et de l’énergie. Comment vivre cette transition ? Michel BERGER nous fait parcourir tout un pan économique de la révolution numérique actuelle et future.

Michel BERGER. Né à PARIS, diplômé de l’EDC, école de commerce. 40 ans de vie professionnelle, 50 ans de bénévolat, dont 32 ans Conseil en communication, spécialiste de l’accueil et du téléphone en B to B.

Prix public : 5 euros

FaireFace3.jpg

ITXARO BORDA

Quoi de plus naturel qu’une bonne averse. Elle nous oblige à chercher un abri, à ouvrir le parapluie, à remettre nos projets immédiats en question. On ferme les yeux et on entend les gouttes tomber sur le toit : un cœur qui bat résonne au-dessus de nos têtes. Nous avons pourtant du mal à apprécier la pluie à sa juste valeur, bienfaitrice universelle et source de vie pour la terre. 

Itxaro Borda (1959, Bayonne) auteure en langue basque nous parle de la pluie comme d’une amie proche, une confidente qui écoute nos peurs et multiplie nos sensations de plaisir. Elle nous offre ici un texte plein de malice et de poésie, de réflexions et de références, pour nous faire aimer la pluie et l’accepter dans la diversité de ses jeux liquides, au-delà de nos préoccupations maussades. 

Née à Bayonne en 1959, Itxaro Borda a une formation d’historienne. Elle a été postière durant sa vie active. Écrivaine prolifique en langue basque, elle est auteure de romans, d’essais, de textes de chansons et d’articles dans de nombreux journaux en euskara. Elle a aussi participé à la création de la revue Maiatz dans les années 1980. 

Prix public : 5 euros